Le grand voyage du petit Dixou


Aller au contenu

Janvier, suite 2

RÉCITS





Janvier 2011, suite 2
Le sud...





Jour 111, soleil- nuages 27C
27 janvier 11
Tintamare à Baie Marigot

Après avoir fait du pain, nous levons l'ancre et retournons à l'île de Tintamare pour y faire un pique-nique et marcher. Nous, nous rendons du côté Sud, côté moins touristique de l'île. Pendant que nous marchons, nous sommes surpris par un bruit dans le buisson. Mais qu'est-ce que c'est ? Un pas en arrière, aucun bruit. Un pas en avant et Denis se met à me faire des grands gestes avec le bras qui veulent dire shut. J'avance sur la pointe des pieds. Devant nos yeux, des chèvres sauvages. Elles nous regardent d'un air qui a l'air de dire, mais qu'est-ce que vous faites là les humains! Nous restons là immobile quelques minutes. Moment coquet ! Avec cette longue marche et la chaleur qu'il fait, je retourne au voilier à la nage et Denis revient avec l'annexe.

L'amélioration de la santé du Cousin c'est grandement amélioré et nous recevons la confirmation qu'il arrivera avec Josée demain. Quelle bonne nouvelle! Alors prise deux les amis, demain nous allons vous accueillir à l'aéroport.

Au soleil couchant, nous quittons l'île et mettons le cap sur la baie de Marigot. Sous voile, le vent sur la hanche, Dixou glisse doucement dans les couleurs orangées. Le moment est si bon, magique.


Jour 112, soleil- nuages 27C
28 janvier 11
Baie de Marigot

À mon levée, je ne saute pas dans l'eau, mais dans l'annexe pour aller chercher le pain baguette quotidien des Français. La baguette, ici, c'est un délice matinal accessible. Et pourquoi pas deux chocolatines avec ça.

Je retourne à l'annexe avec cette cargaison qui embaume mes narines. Tout en voguant à travers les voiliers aux mouillages, je bifurque spontanément un peu vers la droite et me dirige droit vers un petit voilier de couleur verte. Ce voilier qui est toujours ancré au même endroit depuis que nous sommes arrivés à Marigot. À bord, une jeune femme noire au grand sourire y vit avec son petit garçon. Elle me sourit en me voyant arrivée. Je lui tends les chocolatines et lui dit bonjour. Son petit garçon d'environ 5 ans sourit aussi. Je lui dis : Tu veux faire un tour en annexe ? Ma phrase n'est pas terminée qu'il est déjà monté à bord après avoir jeté un coup d'œil à sa mère. Je m'appelle Sylvie, et toi ? Baraka. Je vais te présenter le capitaine de mon bateau. Comme un petit homme, il serre la main de Denis pour faire sa connaissance et je retourne le déposer à son bateau. Un petit clin d'oeil matinal à la vie qui m'entoure.

À midi, nous sommes à l'aéroport pour accueillir le cousin Luc et Josée. Coïncidence, sur le même vol, une amie à moi, Sylvie L. est là avec son chum pour des vacances. Nous échangeons nos coordonnées et promettons de se revoir dans les prochains jours. Et bien, comme je le dis souvent, le monde est petit !

C'est avec émotions que nous serrons dans nos bras Luc et Josée. Être réunis ici à St-Martin, tous les quatre, les retrouvailles sont bonnes et chaleureuses ça fait si longtemps que l'on attendait ce moment. Merci là vie.

À 18h00 précisément, comme promis, nous portons un toast en tournant nos regards vers le Nord, un toast au cousin Serge et sa blonde Jacqueline, nous levons nos verres en direction de Mont Laurier. Santé les amis, oui Santé.


Jour 113, Soleil 27C
29 janvier 2011
Baie de Marigot, Tintamare, Ilet Pinel

Les cloches de l'église sonnent à 6h00 pour annoncer les préparatifs du marché public de Marigot. Les chaloupes des pêcheurs arrivent avec leur prisent de la semaine. Le bord de mer s'anime.

Josée et moi allons acheter des fruits et légumes. Pour le poisson, nous passons notre tour car nous espérons en prendre nous-mêmes. Un petit détour à la boulangerie, pour le pain quotidien. En profitons pour prendre les courriels, questions de savoir si tout va bien pour les enfants avec tante Reinelle.

Dixou quitte son mouillage à voile pour une belle aventure avec nos amis. Cap sur Tintamare pour sa plage et ses eaux chaudes. Luc à la barre, Josée, les yeux pas assez grands pour contempler ce décor et Denis et moi, nous sommes heureux de leur présence. Nous allons à la plage en nageant et y passons tout l'après-midi. Pour le coucher, nous préférons un endroit plus confortable à l'abri des vagues, en face du village Cul de sac.

En soirée, Luc nous fait le plaisir de sortir sa guitare et une ambiance d'amitié s'installe.


Jour 114, soleil et nuages, 25 C
30 janvier 2011
Pinel à Oyster Pond

Avant de quitter pour Oyste Pond, nous allons faire de l'apnée à l'îlet Pinel. Luc et Josée découvrent l'apnée et ils sont aux oiseaux, ou plutôt, aux poissons si je peux me permettre de dire cela comme ça. Car ce matin, les fonds sont remplis de poissons de toutes les couleurs.

En voiture, oups, larguons les amarres, nous partons pour Oyste Pond. Comme d'habitude, la canne à pêche se déroule aussitôt que nous sommes dans 30 pieds d'eau. 45 minutes plus tard, ça mord. Luc attrape un barracuda. Denis filme la scène avec intérêt. Bien sûr, nous le remettons à l'eau,. Et remettons la canne à pêche à l'eau en souhaitant y prendre quelques choses de plus gros. Nos voeux sont exaucés ! Ça mord à nouveau! My god, la canne à pêche plie beaucoup. Le moulinet déroule tout seul. C'est toute une bataille. Luc travaille très fort pendant plus de 45 minutes. Mais qu'est-ce que c'est??? À notre grande surprise, c'est un requin! Tout à coup, le requin se débat et part avec toute la corde de la canne et la casse. Tout un trille pour Luc et toute une excitation à bord.

Nous reprenons nos esprits, car pour entrer dans Oyste pond, la route est serrée et la signalisation est réduite. Tous les quatre à leur poste, nous entrons, les fesses serrées, dans cette baie. Ouf... quand le capitaine voit qu'il y a sept pieds, il devient un peu nerveux.

Après cette entrée assez stressante, nous allons à terre à la recherche de mon ami Sylvie sans succès. Nous nous consolons en dégustant une bière du coté Hollandais. Souper à bord et une soirée à refaire le monde.


Jour 115, Soleil 26C
31 janvier 2011
Hoster Pond à Iles Fourchu.

Aujourd'hui, je passe la plume à nos invités qui nous laisseront des écrits précieux de ce voyage. Allez, laissez-vous aller les Amis. Josée à la toi la plume.

Bonjour, en effet, ça fait déjà plusieurs mois qu'on lit le récit de Dixou, d'un côté de l'écran d'ordinateur et qu'on a toujours hâte de connaître la suite de la belle histoire qui s'écrit de jour en jour. C'est comme dans les contes de Franfreluche, une émission télé pour enfant de notre enfance, on est entré dans le grand livre et on le vit maintenant avec toutes les sensations et pour quelque temps, on écriera l'histoire ensemble. Quel bonheur de partager la vie, tout simplement, avec Denis et Sylvie, ces êtres exceptionnels qu'on aime tant!

Donc, on se lève vers 6h00 afin de sortir tôt de la baie de Oyster Pond, mi-hollandaise, mi-française, juste avant la collecte. Facile de se lever en ce matin magnifique, on a tous hâte de prendre le large, ça sera, sans aucun doute, une très belle journée, wow! C'est quand même plaisant de profiter de ce magnifique levé du jour et d'attaquer cette mer couleur prismacolore. Dira-t-on turquoise, bleu sarcelle, aqua, bref, on se croit dans une toile de Riopelle! Ha! Ha! La sortie de la baie se fait très bien car on a l'expérience de la veille et là on sait très bien de quel côté passer. Faisons quatre heures de voile avec de bonnes conditions et le but est de se rendre à l'île Fourchue à quelques kilomètres de St-Barth. Tout doucement, l'île se dessine à l'horizon avec ses pics, ça ressemble drôlement à des volcans éteints, tous alignés, on s'amuse à y trouver des formes. L'île Fourchue est un vrai petit paradis, inhabité, terre aride, sans arbre, tout le contraste des plages blanches du sud. C'est d'une tranquilité absolue, comme on aime, ce qui nous incite à rester ici deux jours afin de profiter de la plongée en apnée et l'exploration de cette montagne afin de voir ce qui se cache de l'autre côté. On se détend toute la journée, baignade, sieste, lecture, qu'on est bien.

Voilà une autre journée qui tire à sa fin! Après un bon repas, quelques verres et de belles jasettes, on finalise les petites tâches quotidiennes et on gagne nos lits car on a bien hâte à demain afin de continuer à profiter de cet endroit de rêve. Dernier coup d'oeil au ciel étoilé et bonne nuit l'équipage !

La plume de Josée.



Revenir au contenu | Revenir au menu