Le grand voyage du petit Dixou


Aller au contenu

Mars, suite 1

RÉCITS





Mars 2011, suite 1
Le retour...





Jour 156, Soleil et nuages 26C
13 mars 2011
Grand Case

Petite journée. Ça sent le départ. Tranquillement la navigation se dessine. Les Bahamas sont au premier rang. Les cartes sont sorties.

Daniel nous invite à souper à bord de Damalu. Sa femme Madeleine, pour qui on sent un grand amour, est au Québec. Peut-être qu'un jour Madeleine nous aurons la chance de te connaître. Daniel, Français d'origine, habitant le Québec depuis l'âge de 15 ans, est un navigateur d'expérience. À son carnet de bord, il compte quatre traversés dans son voilier de 30 pieds qu'il a lui-même construit. Tu as toute notre admiration.

A 17h00, nous montons à bord de Damalu. Nous sommes surpris de constater que Daniel a déjà commencé le souper. Quelques minutes suffisent pour apprendre que la deuxième grande passion de Daniel est la cuisine. Il a déjà eu un restaurant. Qu'elle n'est pas notre surprise quand il nous sert sans lui-même prendre une assiette. Il nous dit que nous sommes ses invités ! Nous sommes gênés et en même temps émus.

Ta cuisine est digne des grands restaurants, quel délice ! Nous nous sentons privilégiés d'être tes invités, toi qui as tant d'expériences et de connaissances à partager. Oui ce soir, j'ai vu dans les yeux de Daniel, le bonheur de donner, j'ai rencontré le Bonheur de la générosité.

Une belle soirée à échanger sur nos expériences de voile. Daniel, je le répète, tu as toute notre admiration et tu fais partie des Grands humbles navigateurs du Québec


Jour 157, soleil 27C
14 mars 2011
Grand Case au Lagon

La décision est prise pour mettre le cap sur Rum Cay dans les Bahamas. Nous préférons faire une grande navigation de 7 jours plutôt que des petits sauts de puces et pas de temps pour visiter. À 11h00, nous levons l'ancre pour prendre l'ouverture du pont du lagon. Cela nous permet de faire le ravitaillement alimentaire et récupérer la pièce du régulateur d'allure que nous avons du faire souder. Un dernier petit tour de salutation autour du voilier Toutazimut et du voilier Damalu. L'émotion est palpable quand nos yeux croisent ceux de Daniel sur Damalu. Aurevoir cher ami, tu viendras pédaler un peu avec moi en Mauricie cet été. Eux comme la plupart des autres voiliers restent au sud, ceux qui reviennent au Québec, le font par avion après avoir remisé leur voilier quelque part dans les îles du sud.

Le reste de la journée y passe. Nombreux allés et retours en annexe pour remplir le bateau de denrées fraîches sans oublier, bien sûr, le vin et la bière qui sont ici beaucoup moins dispendieux qu'aux Bahamas. Et aussi ranger le tout en prenant soin d'enlever les cartons et plastiques d'emballage pour se mettre à l'abri de bibittes non désirées à bord. Nous avons un rendez-vous pour remplir d'eau potable à 8h30 demain matin à la marina Port la Royale et pour y faire aussi notre " clearance out " .


Jour 158, soleil 26C
15 mars 2011
De St-Martin à la mer. (1ière journée)

Nous sommes levés tôt et à 8h15 Dixou est amarré au quai de la marina Port la Royal. Pendant que je fais le plein d'eau, Denis va faire les formalités de sorties.

C'est à 14h30 que l'équipage de Dixou passe le pont du lagon et pointe l'étrave sur la mer. Au revoir le sud, au revoir St-Martin.

À 15h00, nous hissons la grand voile, déroulons le génois. Dixou tangue légèrement sur babord. Le silence de la navigation s'installe. Un regard derrière, l'île de St-Martin est déjà petite. L'émotion du large nous envahit.

Prends soin de nous madame la Mer.



Jour 159, soleil 25C
16 mars 2011
En mer, (2ième journée)

Cette nuit, la mer a été bonne. Un doux vent de 12 noeuds sur le travers a fait glisser Dixou sous la lueur de la presque pleine lune. Pour notre sécurité, nous réduisons toujours la voilure d'un ris durant la nuit. Le radar et le régulateur d'allure font une grande partie du travail. Toutes les heures, à tour de rôle, nous vérifions notre cap et ajustons s'il y a lieu. Surprise cette nuit, nous avons eu la visite d'un poisson volant dans le cockpit. Pauvre poisson volant, tout un atterrissage !

Au matin à 7h00, nous prenons contact radio avec le réseau du capitaine. Ainsi, nos proches sont rassurés d'entendre nos voix via l'Internet sur le site du réseau. En fin d'après-midi, c'est un contact avec le petit réseau du soir. En haute mer, ses rencontres radio sont précieuses et sécurisantes pour nous.

En début d'après-midi, nous croisons un premier bateau, toute une attraction !

À 15h00, après 24 heures de navigation, Dixou a fait 110 milles nautiques avec juste 1 heure de moteur. Bravo Dixou.


Jour 160, soleil 27C
17 mars 2011
En mer, (3ième journée)

La nuit dernière, pas beaucoup de vent. Nous avons parti la voile d'acier à 4h00 du matin. Comme nous avons une autonomie de 80h de diesel, la voile prend tout son sens en mer pendant 7 jours. Éole revient nous voir, nous avons besoin de toi.

Comme l'allure est confortable et que le mal de mer ne m'habite pas, (Shut faut pas le dire trop fort !) je prends mes notes, et poursuis l'écriture du site, après quelques jours d'arrêt. Écrire quand j'ai le goût d'écrire, la règle première que je me suis fixée dès le départ. À respecter ma Sylvie !

Avec l'écriture, le train- train quotidien. Chaque matin je mets la ligne à la mer espérant une prise savoureuse à manger. Ce matin en plus de la ligne, je décide de mettre aussi le yoyo à l'eau car j'ai bien confiance au leurre orangé avec ses deux petits yeux noir.

Et bien quelques heures plus tard, le bruit du yoyo qui se décroche. Ni un, ni deux, j'enfile mes gants de circonstance et je suis déjà à tirer le file à pêche. Cinq minutes plus tard, une belle dorade. De la mer à la l'assiette en deux heures, avec bien sûr quelques prouesses d'équilibre avec Dixou qui roule et tangue. Délicieux ! Vraiment délicieux !


En soirée, Denis et moi sommes assis dans le cockpit à s'imprégner de ce beau moment sous voile, quand soudain, une étoile filante ou météorite traverse le ciel. Quelle beauté. Je n'ai jamais vu une chose pareille. Une longue lueur orangée qui se termine en vert et va s'éteindre au loin dans la mer. C'est le cas de le dire, quel beau cadeau du ciel !


Jour 161, soleil et nuages
18 mars 2011
En mer, (4ième journée)

La nuit a été bonne. À minuit nous avons parti le moteur car Éole était aussi allé dormir.

Le vent revient le matin, voilà Dixou de nouveau sous voile. La journée est sportive avec des pointes de vent à 20 noeuds que nous avons sur le travers.

Par chance nous avons profité de la baignade hier, car aujourd'hui impensable de mettre une orteil à l'eau, la mer est trop agitée et c'est trop risqué. Même la ligne à pêche ne va pas à l'eau. Je ne voudrais pas me voir prendre une dorade par ce temps. Ça roule, ça tangue, ça brasse?

À 15h00 cela fait 3 jours (72heures) que nous sommes en mer et il nous reste 415 milles nautiques à parcourir et jusqu'à maintenant seulement 24 heures au moteur. Encore bravo Dixou.


Jour 162, soleil et nuages, 25C
19 mars 2011
En mer, (5ième journée)

Durant la nuit, le radar est resté silencieux, le régulateur d'allure à tenu le cap avec les 13-14 noeuds vent, toujours au travers. La pleine lune, la sixième du voyage, éclaire Dixou et les vagues. Au matin, le vent tombe à 8 noeuds et nous partons le moteur.

À 15h15 le vent revient d'un coup. En 15 minutes, nous prenons deux ris et l'allure est sportive. Heureusement, le pain est cuit, la vaisselle est faite, tout est rangé et la baignade-est prise. En Mer, les tâches doivent toujours être faites car il faut toujours être près. La mer ne pardonne pas nos paresses. Cela peut paraître anodin, mais de la vaisselle qui vole, une casserole qui brûle, un objet qui fait trébucher, ça peut nous mettre dans une fâcheuse situation, quand l'équipage doit faire des manœuvres. Attention aux blessures. Les hôpitaux sont loin !

Denis, en faisant ses devoirs quotidiens de météo, apprends que des vents allant jusqu'à 28 noeuds et des vagues de 12 à 18 pieds aux 8 secondes arriveront dans deux jours. OUPS ! Un plan B, nous avons juste le temps pour aller nous abriter à South Caicos. Modification de la navigation. Sage décision mon Capitaine !


Jours 163, nuages-averses
20 mars 2011
Mer, arrivée à South Caicos à 16h00 (6ième journée)

Nous avons passé une très belle nuit avec une mer plus calme. Dixou filait sous voile entre 4 et 5 noeuds sur son travers. Madame la Lune à toute une luminosité, c'est incroyable. Elle illumine Dixou et crée des jeux d'ombre fascinant avec les vagues.

Cette nuit, vers 1h00, nous croisons un tug qui tire une barge remplis de containeurs. En version française, c'est un remorqueur qui tire un chaland remplis conteneurs. Il passe si près de nous que nous sommes aux aguets. Le capitaine du remorqueur communique avec nous par la radio VHF pour se saluer et nous échangeons sur nos routes. Toute une activitée quand on pense que nous n'avons pas vue personne en mer depuis 4 jours. C'est comme de la visite !

Vers 10h00, nous apercevons au loin sur notre bâbord l'île de Grand Turck. Nous aimerions bien y aller mais son entrée est difficile avec les vents que nous avons. Nous optons pour la facilité de South Caicos qui est plus loin.

À 16h00, l'entrée de l'île South Caicos est droit devant nous et l'ancre est mise dans la demi-heure qui suit. Nous nous souviendrons longtemps de cette arrivée. Après 5 jours complets et 5 nuits avec Dixou, nous avons parcouru plus 525 milles nautiques dont plus des trois quart uniquement sous voile. Pour nous, c'est notre plus longue navigation en mer.

Certes notre objectif était Rum Cay dans les Bahamas mais savoir faire preuve de prudence est signe de sagesse et maturité. Car devant les éléments, l'humain doit s'incliner et dire Merci pour ce qu'il a reçu d'eux.

Ici à South Caicos, une belle énergie y règne. Sans avoir encore mis le pied à terre, ça se ressent.

Ce soir, un bon dodo à l'ancre à se faire bercer juste un petit peu.



Jour 164, soleil-nuages 26C
21 mars 2011
South Caicos

Nous avons très très bien dormi dans notre lit au calme. Le réveil en douceur à 7h00 pour notre communication radio avec le Réseau du capitaine, afin de leur confirmer, de vive voix, notre arrivée. Un café, un deuxième café, un gros déjeuner, oeufs et bacon car les marins ont faim.

À 10h00 allez up dans l'annexe pour les formalités d'entrée et surtout une grande marche, sans oublier les baignades. L'eau ici est tellement belle. Un dernier saut à l'eau, afin de s'assurer de la bonne tenue de l'ancre avec les 28 noeuds de vents qu'on nous annonce.

Tout au long de la journée, nous ressentons la fatigue. Nous écoutons notre corps et faisons quelques petites siestes.


Jour 165, soleil 26C
22 mars 2011,
South Caicos

Ce matin, les matelots sont en forme pour une grande marche. Nous nous dirigeons vers l'est de l'île pour voir le complexe touristique (condos) en construction. Heureux hasard à notre arrivée, nous croisons le propriétaire qui est un Québécois. Il nous informe que l'ouverture sera pour la prochaine année. La vente des condos commencera bientôt et les prix varieront entre 200 000$ et 1.5 millions selon la grandeur. Belle petite jasette à la Québécoise.

Sur le chemin du retour, nous croisons Darien, alias Monko, qui nous offre de caréner Dixou. Après négociation, pour 20$ il fera le travail. Il arrive à bord vers 17h00, met palme et tuba dans le corpick et saute à l'eau. Nous sommes impressionnés par le souffle qu'il a. Après 20 minutes, il remonte et c'est temps du paiement liquide. Comme il a froid, il demande un rhum!!! Tout un spécimen ce ?

Ce soir, nous avons invité pour le dessert, l'équipage du voilier Félicia. Cinq jeunes Suédois âgés entre 23 et 26 ans. Une belle relève de marins. Ils ont toute notre admiration pour leur périple accompli jusqu'à maintenant. Quoi de mieux qu'un Pouding chômeur, au pur sirop d'érable de chez nous à partager avec des étrangers. Je vous dis qu'ils ont bien apprécié cette saveur Québécoise.

Allez dodo les marins, il est passé minuit !


Jour 166, soleil
23 mars 2011,
South Caicos

Ce matin, un petit mal de tête pour le Capitaine. Ça doit sûrement être la pouding chômeur d'hier soir!!! Je lui dis : '' Prends deux grands verres d'eau et deux petits comprimés blancs, ça t'aidera et prochaine fois t'aura juste à ne pas en manger. Mais je doute fort que ton mal de tête est dû à autre chose d'un peu plus liquide, si tu vois ce que je veux dire! ;)))

En avant-midi, une dernière visite au village. Nous en profitons pour faire les formalités de sortie. Comme c'est tranquille ici et les gens sont si gentils. D'une petite rue à une autre, tous nous saluent. Tiens des chevaux, ma cousine Louise et ma belle-soeur Guylaine seraient bien contentes d'en voir d'aussi beau. Tiens une des trois églises est ouverte, nous entrons. Quelle calme y règne ! Bien différent à la terrasse du resto où les gars jouent au domino avec coeur en frappant les dominos sur la table et en riant aux éclats.

De retour au bateau, une baignade pour finir le carénage de Dixou. Faut dire de Darrien a fait un travail assez sommaire. Nous sortons la bombonne pour nous faciliter la vie. Voilà, maintenant Dixou à la bedaine toute propre pour le reste du voyage.

17h00 sonne lorsque nous levons l'ancre pour une navigation de deux jours qui nous permettra d'atteindre Rum Cay dans les Bahamas (260 milles nautiques).

Oui, une belle pause à South Caicos. Certes les 28 noeuds de vent annoncés n'ont pas été aussi forts que prévue et aurions peu continué sans faire cette escale. Comme je dis souvent : ''Ça va bien dire la météo après. '' Nous prenons nos décisions avec les prévisions et ma soeur m'avait fait promettre de croire en la météo annoncée.

Allez petit Dixou vogue, vogue... jusqu'au Bahamas.



Revenir au contenu | Revenir au menu