Le grand voyage du petit Dixou


Aller au contenu

Mars, suite 2

RÉCITS





Mars 2011, suite 2
Le retour...





Jour 167, Soleil, nuages
24 mars 2011,
En mer

La nuit a été bonne. Le vent n'est pas très fort et nous devons en plus des voiles mettre le moteur pour aider Dixou à avancer. En mer, quand la mer est calme, j'en profite pour lire et écrire pour Dixou.ca. Denis lui fait quelques bricoles et aussi des siestes le jour, car la nuit, il ne dort pas beaucoup et pas profondément, disons qu'il dort comme un chien toujours à l'affût.

Un des bons moments pour nous est le traditionnel coucher du soleil. Denis et moi aimons le regarder baisser pour aller plonger, au loin, dans la mer. Avoir le temps d'apprécier un coucher de soleil, comme c'est bon.


Jours 168, Soleil
25 mars 2011,
En mer

Une autre belle nuit calme. Des étoiles à profusion. La mer est comme un miroir, Dixou ronronne et son étrave fait une grosse moustache blanche en filant vers les Bahamas. Nous aimerions avoir plus de vent, mais faut vivre avec.

8h15 le yoyo se fait entendre. Toute une joie à bord quand je remonte un gros thon de cinq livres. Comme la mer est bonne, nous livrer ce poisson alors que la réserve de dorade était à sec. Juste à temps. Bien que je ne mange pas de thon frais au Québec depuis quelques années en guise de geste de solidarité pour l'espèce en voie de disparition, ici pêcher avec un yoyo, je me fais bonne conscience.

Alors ce midi, tartare de thon avec ma nouvelle recette secrète et ce soir, thon au sésame et vinaigre balsamique avec un soupçon de sirop d'érable. Merci du tuyau Clément !

Satisfaire notre petit coté épicurien, c'est notre façon à nous de prendre avantage d'une journée sans vent.


Jour 169, Soleil 26C
26 a) mars 2011,
En mer, arrivée à RumCay aux Bahamas à 14h30 (260 milles nautiques)

Une journée sous un soleil radieux et très chaud. Si chaud que je décrète deux arrêts en route pour baignade. À mon regard, le Capitaine sait que la seule chose à faire est d'arrêter s'il ne veut pas avoir une tempête à bord!! Car faut dire que j'ai mon petit caractère. Si je suis venue jusqu'ici, c'est pour me baigner dans cette belle mer quand j'ai très chaud. Nous n'en sommes pas à une heure près de navigation quand même ! Et comme bien souvent, le Capitaine finit par bien apprécier la petite saucette.

Terre connue en vue. Rum Cay, se montre timidement le bout de son nez, avec son air nature et sauvage. Faut dire que les îles aux Bahamas sont peu élevées en altitude. Dixou se faufile à travers les coraux qui entourent l'île et met l'ancre dans une eau bleue piscine, comme le dit si bien Denis. Quel calme, quelle belle énergie. Aussitôt le moteur arrêté, je saute à l'eau. Quel bonheur !

Tradition oblige, allons fouler cette nouvelle terre. Quelle belle plage déserte ! Quel beau sable blanc et doux ! Nous le comparons à du sucre en poudre.

À notre retour, nous croisons des gens en annexe qui nous envoie la main accompagné d'un grand sourire. Oui déjà, nous ressentons la camaraderies et la chaleur humaine des Bahamas.

Dixou et son équipage, bienvenue aux Bahamas !

Magnifique coucher de soleil Bahamien !


Jour 170, Soleil 27C
26 mars 2011,
Rum Cay, Bahamas.

Au déjeuner, nous parlons des prochaines escales. Parle parle, jase jase, nous sommes frappés par la réalité du retour. Aujourd'hui le 26 mars et le retour au Québec prévu pour le 20 mai maximum. Presque deux mois, nous avons du temps. Ha oui, et si nous mettions ça sur un papier avec des dates. Alors voici le décompte :

Visite Rum cay 1 jour, Conception Island 1 jour, Georges Town 1 jour, Staniel Cay 1 jour, et aussi ne pas manqué Waderick Well 1 jour, Lucaya 2 jours. Le compte fait 7 jours de visites, 6 jours de déplacements. 13 jours ça va vite. Plus une marge pour madame nature. La date de traversée du Gulf Stream doit se faire vers le 6-10 avril afin d'avoir les 21 jours nécessaire pour la remonter de la côte Est américaine jusqu'à New York et avoir un dernier 4 jours pour se rendre au Lac Champlain! Et ben vue comme ca, disons que les prochains deux mois seront chargés. Oui, oui nous sommes allés loin au sud et le nord est toujours au nord et nous devons le remonter jusqu'à la maison. Eh oui, toute une réalité en ce petit matin à Rum Cay. En plus du défi de navigation avec cette horaire, l'autre défi est de garder un esprit vacance jusqu'au Québec. Alors Équipage, concentration sur le moment présent. Et ça commence maintenant.

Laissons tout cela à bord et partons apprécier ce moment présent. C'est-à-dire, une marche sur une île qui a eu l'électricité en 1990 et qu'Internet est arrivé en novembre dernier. Ses 70 habitants vivent de pêche, d'eau turquoise et de quotidien paisible. Thomson et Ted nous en font la démonstration en jasant avec nous. Pas de criminalité, juste des gens qui ont le goût de parler avec des étrangers qui ont choisi de s'arrêter les voir.

Une bière au bar, c'est le meilleur endroit pour prendre le pouls de la place. Ici pour souper à un des deux restos, il faut réserver avant et choisir notre menu à l'avance. Ok nous serons là pour 18h00 et nous mangerons du Nassau Grouper, un excellent poisson des Bahamas. À l'heure pile, nous entrons au resto Océan View et Madame est fiere de nous apporter notre assiette quelques minutes seulement après que nous soyons assis.

Quoi de mieux après un bon souper, qu'une longue marche sur une plage déserte avec son chum à amasser des coquillages sous le regard d'un soleil rond comme un deux piastre, qui comme d'habitude, finit par disparaître au loin, à l'ouest, dans la mer. Laissant la place maintenant à un dégradé de couleurs dans le ciel, qui lui, finit par allumer les étoiles. Pour moi, c'est le miracle du jour et la nuit. Et je me dis qu'entre les deux, ça m'appartient et c'est à moi de vibrer.

Merci la Vie !



Jour 171, Soleil, soleil, 27C
27 mars 2011,
De Rum Cay à Conception Island, Bahamas
25 milles nautique, voile et moteur.

La nuit a été houleuse. Si houleuse, que nous avons du dormir en position transversale du voilier. Nous n'avons pas très bien dormi, surtout Denis. Bon, la prochaine nuit sera certainement meilleure.

Ce qui ne nous empêche pas d'être à l'eau à 9h00, pour visiter la tête de corail qui est juste à côté de Dixou. Comme c'est beau, je ne me lasse pas d'être à l'eau à regarder les poissons et couleur des coraux. Mais il faut retourner à bord car le voyage continue. Go to Conception Island.

Les 25 milles se font au moteur. Monsieur le vent n'est pas assez robuste pour faire voguer Dixou avec ses voiles. Bon faut faire avec. Il fait beau et très chaud. Une saucette en route et l'autre bien sûr à l'arrivée à Conception. Comment résister à cette eau si claire et limpide.

Conception Island, une île inhabitée par l'homme est un lieu de nidification qui abrite des oiseaux migrateurs, des oiseaux marins et des tortues vertes en voie de disparition, protégés par le Conception Island and Sea Park.

Pour l'apéro, nous prenons l'annexe et entrons dans le petit crique à la rame, car le moteur n'est pas de mise dans un endroit si serein. Denis aurait bien aimé y entrer avec Dixou mais trop risqué à mi-marée. L'endroit est si calme. Les tortues vertes nous saluent timidement. Les oiseaux blancs aux longues queues gazouillent dans nos oreilles et de nombreuse petites conchs (lambies) vivent dans cette eau chaude.

Un autre magnifique coucher de soleil et autre soirée à philosopher sur la vie. Ce soir, notre sujet est notre parcours. Bien que nous avons aimé découvrir les îles plus au sud : les îles Vierges, St-Martin, St-Kitts, Névis, La Guadeloupe etc, pour nous, la vrai nature à son état sauvage, l'eau cristalline, les coraux colorés et lumineux sont ici aux Bahamas. Denis me dit, '' Être aller si loin pour avoir ici tout ce qui nous rend heureux ! Je lui réponds que c'est ça voyager !

Je vais dire bonne nuit aux étoiles et dodo


Jour 172, soleil, 26C
28 mars 2011,
Conception Island à Joe Sound, 25 milles nautiques

Bien dormi dans cette tranquillité. Après le petit déjeuner, nous partons pour la plage. Ah! Quelle est belle la plage à Conception Island. Je me souviendrai longtemps de mon arrivée en catastrophe sur ce beau sable blanc. Pour faire une histoire courte, trop occupée par la beauté du moment, je n'ai pas vu la grosse vague qui a soulevé l'annexe. Et c'est là que j'ai fait une pirouette arrière non désirée. Une belle scène cocasse pour Denis. Le chapeau, les lunettes et la fille à l'eau. Heureusement, plus de peur que de mal, sans parler de mon orgueil qui en a pris un coup.

Nous croisons sur la plage Phil, un américain voyageant seul et l'invitons pour dîner. Ainsi Denis pourra lui donner les renseignements qu'il a besoin sur la radio amateur. Un chic type avec qui nous aurions aimé passé plus de temps. Nous admirons les voyageurs solitaires.

À 14h00, nous profitons du vent favorable pour lever l'ancre et se diriger à Joe Sound à Long Island. Dixou aime voguer avec ses voiles et nous aussi. Vers 18h00, nous sommes à l'entrée de la passe de Joe Sound. La passe de Joe Sound ! Le mot le dit : La passe. Une entrée en forme de s pas plus large que 7mètres bordée de grosses roches. Équipage cardiaque s'abstenir ! Dans ses moments là, tous les trois, nous devons faire qu'un : Denis du haut de la bôme de la grande voile à m'indiquer le passage, moi à diriger, aux centimètres près le voilier dans ce courant bizarre. Dixou qui obéit et avance avec sang froid. Oui, la confiance doit régner.

Après ses minutes intenses, nous sommes récompensés par le calme du mouillage et la beauté des lieux sous l'éclairage du coucher de soleil. Nous sommes surpris par une douce musique, semblable à une flute traversière, provenant d'une vibration dans le fil de la canne à pêche. Comme si Dixou lui aussi, veut nous dire qu'il est heureux.


Jour 173, Soleil-nuages, 27C
29 mars 2011
Départ de Joe Sound à 12h00, arrivée à Georges Town 18h00

Ce matin, en sortant dans le cockpit pour ma baignade matinale, je constate que notre annexe a eu de la visite nocturne la nuit dernière. Une crevette repose de tout son long, incapable de faire le chemin inverse de son saut périlleux. Je ne savais pas qu'il y avait des crevettes ici ?

À midi, nous profitons de l'étale, c'est-à-dire le moment où la marée s'inverse et que le courant est nul, pour partir vers Georges Town.

En levant l'encre, nous contemplons une fois de plus ce beau décor. Sur tribord, un croissant de sable blanc et tout au tour de Dixou, le reflet parfait, des cumulus dans l'eau. À croire que l'on navigue dans sur les nuages. Ouf !

Les 6 heures de navigation jusqu'à Georges Town se font voile et moteur au ralenti, car nous n'avons presque plus de diesel. En mettant la ligne à pêche à l'eau j'espère toujours un poisson. Comme l'allure du voilier est confortable, j'en profite pour préparer la prochaine mise à jour de Dixou.ca.

Nous choisissons le calme de Sand Dollar Beach pour mettre l'ancre. Seulement quelques minutes après, toc toc toc. Une invitation par notre voisin pour l'apéro. Denis me dit : C'est ça la camaraderie des Bahamas. De plus, nous découvrons que ce nouveau voisin est l'ami de Harry, un grand ami à nous que nous avons connu ici même en 2005. Une fois de plus, le monde est petit.


Jour 174, soleil 28C
30 mars 2011,
Georges Town

Aujourd'hui sera la journée remplissage. La jauge du diesel marque vide, le propane lui a passé sa date record de 46 jours, les vivres frais sont écoulés et nous rationnons l'eau douce depuis quelques jours. Il était temps qu'on arrive à Georges Town. Mais commençons par les douanes pour être en règle et n'oublions pas de trouver une place pour la mise à jour du site de Dixou.

Après la journée bien remplie à George Town, ce petit village de moins de 1000 personnes que nous trouvons sympathiques avec ses gens bien joviaux, nous arrivons juste à temps pour le 5 à 7 à bord du voilier Maggie M. Commençons par faire le tour du propriétaire. Ce voilier Bruce Robert Spray 33 pieds au look marin. Son pont est grand et ses passes avant sont très larges. Son intérieur est aussi très marin avec ses murs en bois et conçu pour la haute mer.

Ce joint à nous, l'équipage du voilier Three Penny Opéra. Trois Ontariens de Toronto, Pat, Addison et Ilary parlant très bien français, puisque Pat est native de Trois-Rivières, tout près de chez nous. Une belle soirée à échanger sur nos parcours respectifs.


Jours 175, Soleil 27C
31 mars 2011,
Georges Town

Aujourd'hui, après les tâches quotidiennes, je pars à la nage et après, préparer une belle soirée. Je vais inviter le voilier Maggie M et Three Penny Opéra pour un Pot à lock sur la plage ce soir. Un pot lock, c'est un souper où tout le monde apporte un petit quelque chose à partager ensemble.

Bon, la soirée étant en préparation, nous allons Denis et moi prendre une longue marche sur la plage et bien sûr, l'incontournable visite au Chat and Chill à déguster les meilleures côtes levées des Bahamas cuitent par Luis, un Haïtien qui est heureux de nous revoir et fier de nous apprendre qu'il est maintenant le père d'un petit garçon de 7 mois.

Comme prévu, tout le monde est sur la plage pour 18h00 avec ses victuailles à partager. Après un généreux souper, nous allumons un feu de camp. Ce soir, le groupe est choyé par la présence de musiciens et chanteur(es) eh oui ! Chris et Divya de Maggie M. Petits cachetiers va ! Leur complicité nous émut. Autour du feu, d'autres instruments s'ajoutent à la guitare : le tam tam du catamaran de Cris, les gazous de Pat gazouillent aussi des solos et mes petits oufs shaker se font aller au rythme des chansons.

Une bien belle ambiance sur cette plage ce soir. De bons moments que nous n'oublierons jamais.



Revenir au contenu | Revenir au menu