Le grand voyage du petit Dixou


Aller au contenu

Octobre, suite

RÉCITS





Octobre 2010
... la suite





Jour 16, soleil, 15 C
Dimanche 24 octobre 2010,
3 jours en mer

Cette première traversée en mer est pour nous une expérience, un test afin de prendre notre décision concernant St-Martin. Nous voilà dans le monde des grands.
La première nuit, sous voile, les vents Nord-Ouest débutent cette traversée de façon magique. Les vents augmentent un peu nous prenons un ris, deux ris et trois ris. Le régulateur d’allure fait un travail de pro. Il tient le cap mieux que nous le ferions nous même. Il a maintenant ma confiance. Comme il fait froid, Denis et moi nous relayons pour la garde toutes les heures. Je n’arrive pas à dormir dans mes heures de repos et devient vite très fatigué. Vers les 4h, je passe mon tour et Denis fait les deux chiffres et je réussi à dormir un peu. Denis assiste à la levée du jour, spectacle magnifique dit il.
Durant la journée, le vent forci, et forci pour atteindre des piques à 27 nœuds. Les ris sont tous pris et finalement affalons la grande voile. Ouf, j’ai peur, j’ai froid et aussi je suis fatiguée ce qui n’aide pas. J’oriente mes pensées sur le positif. Nous prenons la météo, qui annonce ce que nous avons et les prochaines 24h seront favorables. Le vent commence à tourner, et pas du bon bord, nous optons pour le confort de l’équipage et aussi pour ne pas forcer le voilier, c'est-à-dire modifions notre cap vers l’est. Vaut mieux faire quelques miles de plus et être confortable. Nous voguons comme ça plus de 12 milles. Le Capitaine se questionne.
Cette deuxième nuit, nous nous faisons brasser. À l’intérieur c’est comme si nous étiions dans une machine à laver au cygle délicat. La fatigue aussi augmente. Nous avons à gérer notre hydratation, notre bouffe, notre sommeil et notre attitude.
Le jour se lève enfin, la lumière du jour nous rassure. Il faut avoir le pied matin, car juste se tenir debout demande de l’adresse. Le petit portable est même tombé par terre. J’ai eu peur qu’il soit brisé, mais Denis à réparer l’interrupteur, ouf, nous sommes sauvés ! Nous tentons de reprendre le sommeil perdu. Le vent est oscille toujours entre 15 et 20 nœuds et la vague qui vient avec. Le vent vire toujours, et n’adonne toujours pas. La voile d’acier est partie, et nous faisons cap à 30 degré du vent pour ne pas avoir la vague de face. Nous nous résillions à passer une autre nuit en mer. Nous assumons nos décisions passées et à venir.
La troisième nuit, nous connaissons moins de vent et c’est mieux ainsi. La mer, elle est aussi agitée. Nos quarts se font avec plus d’aisance. Le jour, le vent a diminué et enfin nous reprenons le bon cap. Heure probable d’arrivé à Norfolk 16h.
C’est le fouillis dans Dixou. Beaucoup de choses parterre. La vaisselle, le linge etc. Accepter l’autre dans son état du moment, aide à passer à ses jours plus difficiles. Notre journée est embellie par la prise de deux poissons, Bluefish, de deux livres, comme quoi la mer est bonne.
Notre arrivé à Norfolk est très apprécié après 69 heures en mer. Nous sommes satisfait et fière de l’avoir fait. À la suite de cette expérience, nous déciderons dans les prochain jours, si nous irons à St-Martin en traversant le golf stream à Myrtle beach. Ici la température est plus clémente et nous permet de porter des shorts. C’est très apprécié car depuis 15 jours nous avons froid. Repos pour l’équipage. Un bon souper, dodo bien mérité.
Au total 69 heures en mer, 120 Mn à voile, 100 Mn à moteur.



Jour 17, nuageux et faible pluie en pm, 17C
Lundi 25 octobre 2010
Départ Norfolk 09h00 Arrivée 16h00 au mille 32
Miles nautiques 37 – moteur 7h – voile S/O

Comme nous avons apprécié dormir au calme. Nous sommes reposé et près pour une autre journée. Nous passons prendre du diesel et de l’eau. Et nous voilà reparti direction l’Intercostal. Un canal intérieur qui va jusqu'en Floride à l’abris de la mer. Nous prenons par la suite le Dismal canal. Passons notre première écluse. Nous sommes 14 bateaux dans l’écluse. Nous faisons connaissance avec les autres voiliers. Par la suite, tout le troupeau se suit à la queue leu leu dans le Dismal canal qui n’est pas plus large que la rivière du Loup à Louiseville (60 pieds). Certains bateaux accostent à l’information touristique au mile 28. Nous poursuivons jusqu’au au milles 32, nous accostons juste avant la deuxième écluse qui ouvrira demain à 8h00 Nous sommes 8 bateaux et bien contents d’avoir quitté le grand troupeau. Avons du temps pour écrire.



Jour 18, pluie en am, nuage-soleil pm, 20C
Mardi 26 octobre 2010
Départ du mille 32- 08h00– Arrivée au mille 82.5 à 17h00- Aligator River
Miles nautiques 50.5 – moteur 9h – voile S/O

Bien dormi au quai, il a plu beaucoup cette nuit. Nous voulons être prêts pour l’ouverture de l’écluse à 8h00. Comme l’annexe est pleine d’eau, il faut le vider avant de partir, sinon cela nous ralentira. Pendant que Denis fait la vaisselle, je la vide. Aujourd’hui, moteur, moteur, dans le Dismal Swamp canal jusqu’à midi pour reprendre l’Intercostale Waterway, nous sommes en Caroline du nord. Passons Élisabeth City. En après-midi une vaste étendue d’eau. Méfiez-vous, car il y a sous la quille de Dixou, pas plus de 18 pieds et souvent 10 pieds. Les vents sont sud variant de 12 à 18 noeuds, vous avez vite deviné que nous l’avons direct dans le nez. Dans ses conditions, notre destination sera donc Little Alligator où nous aurons un mouillage confortable pour la nuit. Coté communication, il est maintenant plus facile de faire parvenir de nos nouvelles, grâce à la radio amateur et aussi à Gaétan le webmaster de Dixou.ca qui alimente le site à la suite de nos courriels quotidien. Merci Gaétan de faire la mise à jour du site. Comme d’habitude, ta grande générosité est au service de l’amitié. Et que dire de Nathalie qui nous a offert de faire la correction des textes, et ce très rapidement afin que tout le monde puisse être informé le plus rapidement possible. Une équipe terrestre et marine pour garder le lien. Merci les amis. De plus, des amis sont l’écoute et disponible quotidiennement, ce qui nous assure une sécurité Merci les amis. Aussi, des amis dans nos cœurs, à qui parler, quand nous avons un trop plein des craintes, de plaisirs, d’amour … Merci Denis qui fait souvent la
vaisselle durant que sa blonde écrit le récit de la journée qui sera transmis aux amis. Avec la présence de tout ce monde, nous sommes plusieurs à bord par moment. Oups le moteur ralenti, que ce passe-t-il … je suis déjà dehors… 4 pieds d’eau ! Ouf, tempête à bord !
Denis: impossible, je suis sur la ligne (du GPS),
Sylvie fie-toi aux bouées, c’est ça la vraie vie. Ce matin à la barre (j’étais, selon le GPS) sur la terre. Alors moi ma confiance au GPS, pas sûre. Va vers la bouée.
Denis, c’est ça, je barre et fais la navigation en même temps, pendant que toi tu écris ton journal
Sylvie : Ok je suis là.
Nous suivons les bouées et les instructions pour nous rendre au mouillage. Comme nous sommes presqu’arrivée, je prends la barre et Denis va à l’avant du voilier pour mettre l’ancre
Denis: Combien de pied d’eau
Sylvie: 4 pieds, 3.5, 3, 2.5
Nous arrêtons de respirer. Je vous rappel que le voilier à un tirant d’eau de 2.5 pieds
Denis: Je sors la gaffe pour vérifier le niveau de l’eau… impossible selon la gaffe
Je ne dis rien, vérifie le profondimètre, … mes excuses mon capitaine, j’ai inversé la vitesse et la profondeur. Pas fort ma Sylvie. Peut être dû au soleil et au vent de la journée. Nous finissons par en rire.
La journée se termine avec un bon spaghetti, du pain chaud sortit du four et un bon vino. Nous nous disons bien choyés par la vie d’être ici.


Jour 19, nuages-soleil, 26C
Mercredi 27 octobre 2010
Départ 08h00 du mille 82.5- Alligator River, – Arrivée 17h00 au mille 127- Pungo River
Miles nautiques 45 mn – moteur 9h – voile S/O

Levée à 7h après une nuit venteuse. Écoute du réseau du capitaine 14118Khz à la radio amateur. Nous donnons notre position et intention pour la journée c'est-à-dire rester sagement sur place car les vents continueront à être forts aujourd’hui. Finalement, nous changeons d’idée et l’ancre est levée à 8h. On se fait brasser pendant 4 heures car le vent est toujours Sud et nous avons des rafales jusqu’à 30 nœuds. Quelques petites chaudières d’eau dans le bateau. C’est environ vers midi que nous entrons dans Alligator River. Le vent souffle toujours aussi fort, mais sans la vague. J’ai cherché les alligators, et bien pensé en avoir vu. Mais non, juste des troncs d’arbres mon imagination. Dixou est en "Feu", il va vite. Il dépasse deux autres voiliers. Dixou va vite ! Faut s’entendre, il va à 6 nœuds, c'est-à-dire environ 10.5km/h Hé oui, 10.5 km/h ! En vélo nous roulons 25-30 km/h. Ici à bord de Dixou, le temps prend son temps. Le temps c’est relatif. Et pendant ce temps-là, chacun a du temps pour faire ses tâches; Sylvie est à la barre, Denis finit les ajustements du mât, répare un hublot qui coule, fait le plein de diésel et la journée passe vite. Nous arrivons à notre mouillage pour la nuit. Aujourd’hui, il fait chaud et qu’elle joie, nous prenons une douche. Quel bonheur. La douche de Dixou est grande et l’équipement spécial. En effet, dans le cockpit, à la tombé du jour, nous utilisons un pulvérisateur de jardin dans lequel nous mettons 5 litres d’eau. Nous voilà prêts pour une douche en plein air. Ça ravigote l’équipage.
Bonne nuit.



Jour 20, nuages-pluie-soleil, 25C
Jeudi 28 octobre 2010
Départ 8 :30h mille 127- Pungo River - Arrivée 18 :00h au mille 187 Cedar Creek
Miles nautiques 60 mn - moteur 10 :30h - voile S/O

Aussitôt levé, aussitôt parti ! Aujourd'hui 60 mn nous attendent. D'heure en heure, de bouées en bouées, Dixou avance à la vitesse d'un tracteur à gazon. La température est changeante, nuage, pluie et le soleil nous accompagnent pour finir la journée. Nous ancrons en retrait de l'Intercostal. Il y a huit autres voiliers aux drapeaux américains. Entre nos quarts, chacun fait ses tâches, un quasi quotidien est installé à bord. Journée dégustation : Au déjeuner, des toasts garnies de confiture aux petites fraises des champs, directement du Mont St-Pierre, en Gaspésie, qui me fait penser à mon dernier séjour en skis de fond, salut les amis de la Rive-Sud. Pour dîner, accompagné de pain maison, un fromage de Berthierville, Essentiel Ciel, fromage de chez nous, qui goûte vraiment le ciel. Merci Mélanie et Francis pour vos bons achats. Nous pensons à vous ! Pour souper, c'est au dessert que l'amitié se met à table : un brownies maison offert par Harry et Catherine servi d'une sauce au caramel maison offerte par la famille Riopel. Salutations Josée, Luc, Rosalie, Florence. Et pour faire concept, nous dégustons ce bon repas en écoutant le CD du cousin Luc offert spécialement pour ce voyage et nous buvons notre vin dans des coupes offertes par le cousin Serge. Santé Serge et Jacqueline ! L'Amitié, ça se savoure !

Nous remercions la vie pour ces moments si bons.


Jour 21, Soleil, 25C, vent fort
Vendredi 29 octobre 2010
Départ 08h30 du mille 187 Cedar Creek, arrivée 11h00 Beaufort NC au mille204
Miles nautiques 17 mn - moteur 2 :30h - voile S/O

Il vente ce matin, et nous l'avons dans le dos. Comme ça fait du bien. Dans l'Intercostal, nous sommes à l'abri. Nous avons une petite navigation d'environ 2 heures pour arriver à Beaufort NC. À cet endroit, nous prendrons un peu de repos et ferons ravitaillement, lavage et bien sûr la mise à jour de Dixou.ca. Nous entrons à Beaufort par la grande porte. Ce n'était pas notre plan A, mais avec le vent fort, nous ne voulions pas prendre de chance. Avec 25 noeuds de vent sur la hanche, un fort courant et la vague qui va avec, le Capitaine dit:" Beau chemin, rallonge pas!" À la barre, je passe sous le pont les fesses serrées. Dixou se comporte bien. Denis fait la navigation pour l'arrivée à la marina. Denis appelle le dock master et nous voilà au quai de service pour prendre du fuel et réserver une nuit. Nous pourrons ainsi avoir accès à une voiture pour l'épicerie et aussi les douches. Cette marina offre le service d'une auto pour aller faire les emplettes, très apprécié ! D'autres voiliers Québécois sont là et passent nous voir. La camaraderie s'installe aussitôt. Moi je vais prendre une marche question d'explorer les environs. Le voilier Manua arrive en fin d'après-midi. François vient faire son tour à bord en soirée. La vie de bateau c'est relaxe ! Si bien que le lavage se fera seulement demain.


Jour 22, soleil, 25C
Samedi 30 octobre 2010
Départ S/O
Resté à Beaufort

Après les 20 derniers jours plutôt occupés et très bien remplis, le repos est bienvenue. Je dois admettre que j'ai à apprendre à relaxer. Pas évident, ma vie de terrestre ne me quitte pas. Denis lui n'a pas de difficulté. Nous sommes différents. Moi, je relaxe après que tout soit fait, Denis lui, en fait un peu et le reste attendra.
Après une douche qui est très apprécié, direction laundry, avec nos poches. 20 jours de lavage ! Pour Denis c'est le changement d'huile.
Les apéros commencent. Come in bord ! Et les tâches ? Demain Sylvie, demain. Oups ! Nous sommes différents.
En soirée, l'équipage de Manua nous rend visite. Soirée cinéma. Bien sûr au programme, La voile. Nous visionnons avec nos amis un DVD de deux Belges qui ont traversé des Canaries, à la Désirade près de la Guadeloupe. Un petit voilier en bois et fibre de verre de 6.5m fait à la main. Pour le pop corn, ce sera la prochaine fois.


Jour 23, Vent, soleil 25C
Dimanche 31 octobre 2010
Restés à Beaufort

Le vent qui siffle me réveille à 06h30. Les priorités de la journée sont écrites.
Il y a des choses à arranger sur le bateau avant de reprendre la mer, et pour moi, c'est ça la priorité, si je veux garder ma confiance en mon Capitaine et Dixou. La vie m'a appris que nous devons en premier faire les réparations, améliorations afin de les tester à nouveau avant de repartir. Denis a compris, nous lavons le voilier et constatons que le hublot avant coule encore. Denis décide qu'il l'enlèvera au complet et recommencera la job. Bonne idée !
Je pars prendre une marche, ça me fait du bien. Je suis là avec beaucoup de temps pour moi et je veux l'utiliser pour aussi me faire du bien.
Je passe par le café Internet et écrit mon journal des deux derniers jours avec un bon latté. Et je reçois, par skype, la visite de la famille Grenier. Sylvain, Guylaine, Léonie et Lydia. C'est un plaisir de vous voir et prendre de vos nouvelles.
En après-midi, Denis finit de réparer le hublot, nous quittons la marina pour aller s'ancrer dans le chenal. Il est 16h00 et nous sommes près pour l'invitation à l'apéro à bord de Guliver, Claude et Marie nous accueille. Claude ressemble beaucoup à Oncle Gilles. Se joint à nous Michel et Brigitte du voilier Sea Kite et Sylvio de Manua. Nous faisons connaissance, échangeons sur le sujet de l'heure : l'ouragan Thomas et son évolution.
De retour chez nous, souper léger et dodo. Un dodo qui ne sera pas des meilleurs. Un voisin fait marcher sa génératrice et vers 1 heure du matin, nous décidons de changer de place car la marée baisse et nous
craignons que Dixou manque d'eau. Et up ! nous voilà déménagé, Dixou est repositionné et débarrassé du bruit de la génératrice, Oups! mais maintenant nous sommes pris avec un voisin qui écoute sa musique très forte. Décidément ce n'est pas notre nuit. 2 heures du matin et on ne dort pas encore.



Revenir au contenu | Revenir au menu